Pratiquez le détachement

Pratiquer le détachement dans sont rôle de manager ne semble pas si évident que ça. Plongé dans la tempête quotidienne des réunions, des tâches et des urgences, difficile de trouver cet état de liberté intérieure.

Je rencontre beaucoup de managers et dirigeants qui sont confrontés à cette difficulté de ne pas pouvoir se détacher de leur quotidien professionnel, de leur projet ou de l’objectif qu’ils poursuivent, etc … Le jeu devient plus compliqué lorsqu’ils entrent dans la confrontation d’idées à la recherche du Graal de la vérité. Qu’est-ce que la vérité ? Est-elle absolue ?

Dans ce combat pour la vérité, les mots deviennent des armes, amenant rapidement la confusion entre l’être humain et son rôle. L’ego vous associe aisément à votre fonction, à tel point que vous oubliez qui vous êtes réellement : un être animé par le miracle de la vie.

L’Homme est un système complexe qui met les choses en relation. Notre système nerveux est basé sur ce principe, il met deux informations en relation pour en créer une autre. Cela nous donne l’impression que nous ne sommes pas dissociés de la situation dans laquelle nous sommes impliqués. Comprendre que la situation et moi sont deux choses différentes est le premier pas vers le détachement. Prendre conscience que mon rôle n’est pas la personne que je suis, c’est pratiquer le détachement.

Ainsi, détaché de la situation, je peux agir sur la situation. Dans le cas contraire, c’est la situation qui agit sur moi. Il en va de même pour les mots que l’on entend, il peuvent vous blesser. Dissociez-vous des mots et pratiquez, comme le dit si bien Shunmyo Masuno, “l’art de passer outre”.

Extrait du livre “ZEN, l’art d’un vie simple” de SHUNMYO MASUNO :
 

“Les mots sont importants. Mais ce qui compte encore plus, c’est de ne pas se laisser déstabiliser par eux.

Au travail ou dans la vie sociale, il est des situations où des mots blessent. Même si l’intention de leur auteur était de prodiguer des encouragements, le destinataire de ces mots peut les ressentir comme durs ou cruels. Une simple parole prononcée par un collègue peut avoir l’effet d’un coup de poignard.

Il est bon d’oublier rapidement les commentaires négatifs. Ceux qui peut se faire en maîtrisant l’art de “passer outre”.

On dit que l’esprit zen “reste immobile, même lorsque soufflent les huit vents”. Nous nous efforçons de rester calmes et de bonne humeur.

Aspirez à vous libérer de l’attachement aux objets. Essayez aussi de ne pas vous attacher aux mots. Même lorsque vos relations avec une personne sont tendues, efforcez-vous de mettre cet attachement à distance.

Telle est la sagesse de Bouddha.

Pour vivre librement, il nous faut acquérir un esprit sans entraves.”

 

Thierry Huss-Braun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code