Nos cerveaux sont interconnectés

Il y a un an environ, sur l’impulsion d’une intuition, je créé une méthode de coaching basée sur la cohérence, Consistency Coaching. Celle-ci est apparue expérimentalement en faisant mes séances de coaching. j’avais remarqué que la qualité de la relation avec le coaché pouvait augmenter le champ de perception et permettre au coach d’avoir de nouvelles informations subjectives qui sont extrêmement utiles lors des séances. Un conditionnement préalable du mentale est nécessaire, avant la séance, par la méditation par exemple, pour faciliter la connexion, de cerveau à cerveau, entre deux individus. J’ai expérimenté les mêmes perceptions, mais exprimées différemment, sur les tatamis avec un partenaire de combat, une forme de lecture d’intention. La neuroscience commence à expliquer ce phénomène, notamment avec la notion de neurone miroir. Mais elle a découvert également que nos neurones étaient sociales, et qu’ils avaient besoin de liens sociaux pour se développer. L’extrait du livre “Votre cerveau n’a pas fini de vous étonner” ci-dessous va un peu plus loin, car il explique que ce lien social doit être physique, et que les liens sociaux à distance, tels que nous les connaissons, ne suffisent pas à leur développement. L’auteur nous met en garde par rapport aux dérivent que notre société est en train de vivre. Du point de vue de la neuroscience, rien ne peut remplacer le contact humain, la présence à l’autre.

Extrait du livre “Votre cerveau n’a pas fini de vous étonner” Édition Le livre de poche.

“La neuroscience sociale, dont les bases ont été posées dans les années 1990 par les psychologues John Cacioppo et Gary Berntson, ouvrent des perspectives prodigieuses et inquiétantes : nos neurones ont absolument besoin de la présence physique des autres et d’une mise en résonance empathique avec eux. Les relations cybernétiques, SMS, Internet et autres contacts virtuels, ne leur suffisent en aucun cas. or, comme ces télé-contacts occupent une place croissante dans la communication humaine, nous allons au-devant de sérieux problèmes, qu’il faut absolument corriger.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code